Sites partenaires



 


Pour un nouveau statut juridique de l'animal

Par , le dans Anciennes news - 6 Commentaires
Bonjour à tous !

30 Millions d'Amis organise une pétition officielle pour la révision du statut de l'animal de compagnie !
Signez et faites passer autour de vous...


Citation:



Quelle est la différence entre ce chien et cette chaise ?
AUCUNE !


A l'attention du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Les résultats convergents des enquêtes d'opinion, européennes et nationales, montrent que nos concitoyens sont parmi les plus favorables au respect du bien-être animal. Pour 90% d’entre eux, il fait même partie intégrante de la famille (Ipsos, 2004).

Plus de 200 ans après sa rédaction en 1804, notre Code civil n'a toujours pas évolué et considère encore les animaux comme des "biens meubles", au même titre qu'une armoire ou une chaise (art. 528). Il accuse donc un décalage certain avec la mentalité contemporaine ; décalage qu'il est grand temps de combler. Aujourd’hui, l'animal est devenu une préoccupation sociale suffisamment forte pour que le législateur s'interroge sur une nouvelle définition de son régime juridique, comme l'a déjà fait la plupart de nos voisins européens.

Je m'associe donc à la demande de la Fondation 30 Millions d'Amis de faire évoluer le régime juridique des animaux pour qu'ils soient enfin considérés comme des êtres sensibles.

0Sur le plan juridique, la réforme la plus logique consisterait à sortir l'animal de la catégorie des biens en créant, à côté des "personnes" et des "biens", une catégorie à part pour les "animaux".




Pour signer la pétition : http://www.30millionsdamis.fr/agir-pour-les-animaux/petitions/signer-petition/pour-un-nouveau-statut-juridique-de-lanimal-22.html


Copyright numéro 00049374-1 - Tous droits réservés 2006-2013

Ce site est protégé par le droit d’auteur, aux termes de l’article L. 122-4 du Code de la propriété intellectuelle, vous ne pouvez reproduire et publier tout ou partie de ce site sur votre site, blog, forum... sans en avoir obtenu l’autorisation expresse et écrite du titulaire des droits : Audrey Maurin
L’utilisation d’une œuvre protégée sans autorisation constitue une faute de nature à engager votre responsabilité civile et un un délit pénal puni de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende.